Le Sahara, un désert mondialisé

L’étude du cas sur l’Afrique, le Sahara, délivre ici tout ses secrets

Le point sur 

« Sahel » signifie « côté » en arabe. Elle délimite en effet ce désert au nord et au sud.

Lieu pensée comme une mer ( expliqué par l’explorateur Théodore Monod).

Ressources  +  flux + croissance urbaine + djihad en font un espace mondialisé.

Moyenne des pluies sont de 100mm/an. En font une des zones les plus arides au monde.

Sa limite sud est une steppe en contact avec le désert d’une 100aine de km. Espace dur à borner donc.  Le Sahara ferait ainsi 8 000 km² de superficie.

Au nord on trouve des palmier-datiers. Au sud des cram-cram

Il s’agit d’un désert zonale (entre les tropiques) cumulé à un désert côtier (que les alizées atlantiques assèchent).

Aridité extrême : de 55° C à – 19°C

Le mode vie nomade y est le plus adapté. On profite de faibles ressources (les oasis …) et on repart. Mais la sécheresse historique des années 1970 favorise l’urbanisation.

Le vent est une terrible contrainte qui s’ajoute.

 

Le Sahara : mythe et exploration

 

Terra incognita pour les Européens jusqu’au XXe siècle. Mythe d’un « nil saharien »

Mythe aussi de Tombouctou (El dorado africain). Au XVIe siècle, Léon l’Africain roi richissime se trouverait là bas.

 

Les explorateurs :

  • Alexander Laing (1826) trouve Tombouctou
  • Heinrich Barth (1821-1865) scientifique
  • Henri Duveyrier (1840-1892) scientifique. Etudie les Touaregs.
  • René Caillié (1799-1838) scientifique
  • Mission militaire Fourreau – Lamy. Début de la colonisation française en 1902.
  • Charles de Foucauld : explore le Maroc (1883-1884). Devient chrétien en 1886 et décide de devenir ermite dans le Sahara. Il y est assassiné en 1916. Sa biographie, l’ermite du Sahara, provoque des vocations.
  • Ernest Pischaré (petit fils d’Ernest Renan)

 

Nomadisme et migrations transsahariennes

Dromadaires et présence d’eau (nappes) ont permis aux hommes de vivre dans le Sahara.

Seuls les Touaregs, et les hommes, se déplacent. Uniquement lorsqu’ils y sont obligés. Population pauvre qui subit la famine.

Commerce caravanier reste actif. La caravane du sel entre Bilma et Aguadez reste très actif aujourd’hui encore. Très traditionnel comme activité.

Existe un mythe du nomadisme chez les nomades. Après la sécheresse des années 70’s ils se sont effectivement pour la plupart installé dans les villes, dans les bidonvilles.

En Algérie et au Sahel, pasteurisme important.

 

De l’unité coloniale à la fragmentation des indépendances

 

Jusqu’en 1960 espace plutôt français. A mis fin aux razzias (nomades sahariens ou négro-africains). Pluriel : rezzou. Les dernières ont lieu en 1934.

En 1957 création de l’Organisation communes des régions sahariennes (OCRS). Demande à rester française. Regorge de pétrole. Morcelé entre le Mali, le Niger, l’Algérie, la Libye.

Marc Côte :  » il n’y a plus un Sahara, mais dix Sahara mitoyens ».

Indépendance des Etats :

  • Egypte 1936
  • Maroc 1955-1959
  • Soudan 1956
  • Tunisie 1956
  • Mali 1960
  • Mauritanie 1960
  • Niger 1960
  • Tchad 1960
  • Algérie 1962

Violences entre les nomades et les sédentaires (Etat aussi)/ Le MNLA, puis AQMI oblige la France à intervenir en 2013.

La mobilité saharienne est héritée des 50 et 60. Les « morceaux d’Europe » attirent les flux.

Avec la chute de régimes comme en Libye, des filiales mafieuses organisent les flux. Plus chers et plus dangereux donc. Migrants sont dépouillés (source : ONU).

Le Sahara est d’après Ali Bensaad une « nouvelle marche de l’Europe ».

Frontex : Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures. Organise les frontières de la « forteresse Europe ».

Mosaïque d’Etats en difficultés

 

10 Etats constituent le Sahara :

Au Nord (5) : Maroc, Algérie, Libye, Egypte

Au Sud (5) : Mauritanie, Mali, Niger, Tchad, Soudan

 

Des Etats fragiles

 

Forte croissance de la population. Part des moins de 15 ans très forte. Au Nord on sort de la transition démographique dans les années 1990s. S’accompagne d’un allongement de l’espérance de vie. 25% de chômage en moyenne.

Problèmes dues aux économies de rentes.

Le tourisme souffre des aléas géopolitiques. Insuffisance de la redistribution des richesses. Entraîne des troubles, qui entraîne des régimes autoritaires.

Villes explosent en Algérie et Libye. Taux d’urbanisation de 90%.

Villes sahariennes entre 100 000 et 200 000 habitants. S’appuie sur des oasis. On fuit aussi le terrorisme.

Multiplication d’alliances et d’accords. Inefficace au nord. Au sud création du Cédéa (marché libre).

Mali, Niger et Tchad sont des zones franches.

 

Les pays occidentaux forment les cellules antiterroristes de ces régions.

Refus d’une base américaine ou d’une « Africom » sur le modèle de l’OTAN.

L’Algérie refuse toute ingérence militaire. Son potentiel est pourtant négligeable.

Effondrement de la Libye qui assurait un refuge aux djihadistes de la région.

Difficulté pour tous ces pays à coopérer. Soutien des USA et de la France obligatoire, que ce soit au niveau militaire ou du renseignement.

Le Sahara dans la tourmente

Des ressources convoités

Depuis 2000 avec hausse de la demande , pétrole rentable. Sociétés pétrolières privées. « Diplomatie du cadeau » avec la Chine. Menace des djihadistes sur les ressources ET les sites de transformation.

Janvier 2013 : Attaque d’Im Amenas par Mokthar Belmokhtar (dissident d’AQMI).;

 

Terrorisme et trafics

 

Guerre civile algérienne (1992 – 2000) : ou « décennie noire ». « De nombreux Touaregs qui avaient été enrôlés dans l’armée libyenne ont profité de la chute du régime libyen pour s’approvisionner en armes dans les  vastes stocks constitués par Kadhafi ».

GIA (groupe islamique armé) / GSPC (groupe salafiste pour la prédication et le combat)

Désertification : avancée non-naturelle de désert.

Printemps arabes

 

Débute en 2010 en Tunisie avec l’immolation de Mohammed Bouazizi et Sidi Bouzid. Le 14 janvier 2011 fuite de Ben Ali en Arabie Saoudite.

En Egypte des manifestations ont lieu le 25 janvier sur la place Tahrir au Caire. Le 11 février 2011 Hosni Moubarak abandonne le pouvoir.

En Libye, Kadhafi est renversé en octobre 2011 suite a une intervention de l’OTAN franco-britannique.

=> « Selon Ghassam Salamé, le monde arabe a composé avec la tyrannie depuis la décolonisation, mais l’évolution qui a eu lieu depuis 30 ans est devenue insupportable :  » Bourguiba et Boumediene menaient une vie austère et ne considéraient pas l’Etat comme leur propriété. C’est à partir des années 70 que ces régimes ont commencé à se jeter dans le néolibéralisme pour le détourner à leur profit et établir une gouvernance corrompue en s’emparant de pans entiers de l’économie. »

Omniprésence de l’armée dans les cercles dirigeants.